Quel avenir pour Sublime Text

Sublime Text 4 vient de sortir, l’occasion de vous présenter mon éditeur de texte favori et préciser pourquoi je vais le quitter.

Qualités

Sublime Text (ST pour les intimes) est disponible sur Windows, Mac, Linux :

  • Très léger et rapide, hautement personnalisable, stable
  • Je considère Atom, Visual Studio Code comme des éditeurs de code. ST est un éditeur de code et un VRAI éditeur de texte, j’écris mes articles de blog et mes notes avec
  • Si on désire un éditeur de texte (j’exclus Atom, Visual Studio Code) graphique (adios Vim) sur Linux (désolé Notepad++), il n’a aucune concurrence sérieuse (gedit nettement moins puissant et personnalisable)

Après plus de 4 ans d’utilisation de Sublime Text 3 :

  • En 15 ans d’informatique professionnel, le meilleur outil que j’ai utilisé (évidemment cela dépend des besoins de chacun)
  • Il répond à **tous** mes besoins ET j’ai pu mettre en place toutes mes idées tordues : Paramétrages fins, raccourcis clavier/souris, onglets, macros…
  • Le côté propriétaire aurait pu me rebuter. La possibilité de l’utiliser « pleinement » et « gratuitement » avec une pop-up qui s’ouvre assez rarement pour rappeler de prendre la licence a été le bon choix de l’équipe Sublime pour favoriser les tests. Après 6 mois j’ai décidé d’acheter la licence, j’aurais pu me passer de l’achat, la pop-up me dérangeant vraiment très peu par sa récurrence
  • ST fait partie de la liste très restreinte des outils qu’il faut utiliser pour comprendre et saisir le mot qualité, ce qu’apporte un bon outil/logiciel. J’ai littéralement découvert « ce qu’on peut faire avec un éditeur de texte » avec ST. Comparer Notepad++ et ST par exemple revient à comparer un vélo enfant avec une moto GP

Mon usage et amour du terminal devrait me conduire à utiliser Vim, je reste attaché à ST… plus pour longtemps.

Propriétaire… et cher

Pour moi un logiciel libre procure de nombreux avantages (développement communautaire, fork possible, code ouvert, licence, coût…) mais n’est pas un prérequis dans mon choix d’un outil. Pour un même usage, si un outil libre est moyen et un outil propriétaire payant excellent, je choisirais l’outil proprio. C’était la théorie, dans la pratique le seul logiciel proprio que j’utilise est Sublime Text.

J’ai pris la licence (70$ de ma poche) pour ST3 en août 2017. Aucun regret, outil de grande qualité.

Sublime Text 4 fait évoluer son modèle commercial, l’acquisition est à 99$ (réduction en ce moment 80$) avec 3 ans d’upgrade. La licence n’expire pas (vous pourrez continuer à utiliser ST4 dans 100 ans) mais si vous souhaitez accéder aux mises à jour après 3 ans, il faudra upgrade la licence pour 80$ (voir la Sales FAQ).

Payer ne me bloque pas, le coût de ST4 par contre…

Concurrence : Artisanal versus communautaire

La concurrence est nombreuse : Visual Studio Code ou VSCodium, Atom, Vim, Geany, gedit… la majorité open source, difficile de rivaliser avec des dizaines de développeurs bossant de manière collaborative. À noter que de nombreuses extensions/modules supplémentaires sont proposées avec ces outils, plus un outil est utilisé et plus il y a de modules dessus.

L’équipe de dev (quelques personnes) de Sublime maintient aussi Sublime Merge. La dernière version de ST3 est sortie en octobre 2019, la première stable ST4 en mai 2021. Sublime est une petite équipe qui fait et vend de la qualité… mais le développement et les corrections sont (trop ?) longs.

La qualité a encore de nombreux adeptes prêts à payer, le problème vient du positionnement. ST s’adresse aux professionnels, il est vendu comme un éditeur de code et est un excellent éditeur de texte (mais personne ne met 99$ pour un éditeur de texte). Comme éditeur de code, il est frontalement en concurrence avec Visual Studio Code qui remporte tous les suffrages depuis 2-3 ans, gratuit, open source, très activement maintenu avec de nombreuses extensions et features sexy ainsi que Microsoft derrière.

Sublime Text 4

Une nouvelle version majeure d’un outil m’amène forcément à un point d’étape, à le comparer aux références et aux évolutions de sa catégorie.

Je teste ST4 depuis 3 mois, j’ai remonté quelques bugs sur le tracker. Le choix de sortir (commercialiser) une nouvelle version majeure d’un logiciel proprio est avant tout commercial. Je ne peux m’empêcher d’être critique (l’équipe fait et vend de la qualité, le coût est élevé) quand je pense à Debian qui sort une nouvelle majeure « quand c’est prêt ». Sans surprise lorsque je regarde le forum et le tracker, la première stable de ST4 manque de maturité et stabilité. Je ne conseille à personne d’acheter la licence, il vaut mieux attendre une ou deux versions stable. Donc plusieurs mois.

Au niveau des extensions, le retard est énorme par rapport à ce qui est proposé chez Visual Studio Code sans compter que les utilisateurs (développeurs) ont pris leur habitude dessus.

En me replongeant dans la configuration de ST, j’ai pu constater sa mauvaise documentation : Une doc officielle légère, une Community-driven Documentation en train d’être mise en place (anciennement Sublime Text Unofficial Documentation), Preferences.sublime-settings bien commenté mais pas exhaustif, un forum (faisant office de Technical Support). Dans la pratique j’ai rarement eu suffisamment d’informations pour m’en sortir et ça finit sur Stack Overflow. La documentation est une tâche lourde, demandant beaucoup de temps, de connaissances et de travail (synthèse, précision, correction, mises à jour, UX…) très difficile à fournir pour une petite équipe.

Choix commerciaux et contexte

Je voulais souligner à travers cet article des choix et un contexte qui vont amener l’équipe de Sublime dans l’impasse : Une concurrence féroce, augmentation du coût de la licence, retard au niveau des extensions, documentation très perfectible, travail artisanal face au rouleau compresseur d’une construction communautaire.

Sublime Text ne tient pas la comparaison avec VSCode niveau éditeur de code, il reste un excellent éditeur de texte (sans prétendant sérieux). Commercialement (car il s’agit de l’ADN de Sublime) j’aurais proposé la licence à 40$ pour faciliter/fluidifier le passage à la caisse des pros, mis bien plus en avant le côté éditeur de texte (qui reste un besoin pour les pros) afin de moins souffrir et l’exposer à la concurrence frontale de VSCode.

Techniquement ST4 est un excellent outil mais les choix commerciaux et le contexte concurrentiel ne jouent pas en sa faveur.

Vus : 180
Publié par blog-libre : 125