LDLC: le SAV

Mon PC portable commençait à me faire des misères moins d'un an après son achat. J'ai commencé à avoir quelques problèmes il y a quelques semaines et ça commençait à être de plus en plus gênant. Visiblement les quelques problèmes que j'ai eu auparavant avec un blocage au démarrage n'étaient que les premiers signes (obligé d'éteindre et redémarrer de nombreuses fois la machine).
Le constat est assez simple, le SSD commençait à me lâcher.

Pas le choix, il fallait remplacer ce SSD pour éviter de perdre les quelques données qui étaient présentes et avoir un PC fonctionnel sous la main. Je ressors donc la boîte et la facture du placard pour me rendre au SAV LDLC puisque la machine est encore sous garantie.

J'ai donc acheté un PC portable en décembre 2016, un LDLC Aurore PC5-2-S1 qui remplit parfaitement son rôle et marche très bien sous Debian. En fait, c'est un Clevo N240JU pour les curieux.

Acheter il y presque un an, je passe un coup de téléphone en expliquant le problème (je ne sais pas combien de temps le PC est garanti et si ça s'applique au SSD). On me dit de passer directement au SAV. Une fois arrivé sur place, il y a quelques personnes mais l'attente se fait un peu longue. Enfin mon tour, j'explique donc mon problème et je démarre le PC.
Les messages d'erreurs permettent d'annoncer la couleur. Arrive le moment où je dois entrer ma passphrase. Pas surpris plus que ça, mon interlocuteur me demande si le disque est chiffré. Cela ne présume pas de ses compétences mais ça me rassure. Le temps d'aller faire un tour derrière et demander un avis, il revient pour me dire qu'il y a bien un problème et qu'il remplace le SSD (en même temps les messages d'erreurs continuaient toujours).

Habitué aux SAV et hotline pourris de certaines entreprises, je suis agréablement surpris. Plutôt que de laisser le PC et le récupérer quelques jours plus tard, il a été changé sur place (c'est encore mieux). Quelques minutes plus tard, on revient avec la machine. Du coup, on peut juste constater que le nouveau SSD est reconnu dans le bios mais faudra ré-installer le système pour en savoir plus. Au total, 45min entre le temps d'attente et le remplacement du SSD. On peut faire plus rapide mais je repars avec une machine qui marche et c'est le plus important. J'aurais préféré ne pas avoir de problème mais ça n'a pas été un calvaire pour le faire remplacer.

Pour le coup, c'était le LDLC SSD F7 PLUS 120 GB qui était en cause. Plutôt rapide mais visiblement, c'est pas très fiable.

LDLC vend des PC qui fonctionnent bien sous GNU/Linux et le SAV est plutôt bon. Pour le moment, je vous recommande LDLC pour l'achat de matériel informatique. J'espère qu'ils continueront à tenir cette promesse.

J'en profiterai pour détailler l'installation plus tard.


nIQnutn CC-BY
Vus : 281
Publié par nIQnutn : 66