Piwik alternative au géant google analytics

Cela faisait un moment que je cherchais à faire des statistiques sur l’utilisation de mon blog. Mais pourquoi chercher ? utilises Google analytics m’a suggéré un ami. Oui, mais non ! Je trouve que nous sommes assez « googlelisé » pour en plus en rajouter une couche. Il ne se passe pas un moment sans qu’on utilise un produit Google, mail, publicité, moteur de recherche, téléphone portable etc.…. Je ne remets pas en cause l’utilité ni la qualité des ses produits, mais j’aime avoir le choix des logiciels que j’utilises et je ne veux pas subir un autre monopôle à la Microsoft.

En cherchant un peu je suis tombé sur Piwik, qui se veut une alternative libre à google analytics, c’est d’ailleurs précisé sur leur site.

L’installation est très aisé en suivant ce guide.

  1. Configuration pour un blog WordPress.

Pour mon blog j’ai donc installé une extension WordPress. WP-piwik je la trouve plus complète qu’un simple copier-coller du code java dans le fichier « footer.php« . l’extension installé passons à la configuration (figure 1).

Figure 1

Piwik URL : Adresse du site à surveiller (https://mon.domaine.moi/piwik)

Auth Token : Numéro d’authentification auprès de votre serveur piwik. Pour le trouver sur votre interface Piwik dans la rubrique API, un simple copier-coller surffira.

Tracking Settings: Le code java généré à copier dans la page footer.php. La suite de la page offres des options plus avancé (Figure 2).

Figure 2

Pour ma part j’ai coché :

  • Add script : qui permet de copier coller le code java directement dans la page footer.php.
  • Dashboard Data : je l’ai mit à Non cela ne m’interresse pas de savoir qui se connecte sur le dashboard puisque je suis le seul.

Après chacun paramétrera comme il le souhaite.

2.  Statistiques depuis n’import où (Androphone):

Le petit plus c’est aussi de pourvoir consulter piwik depuis son téléphone Android, accessible gratuitement depuis l’android Market.

Figure 3

Figure 4

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Vus : 2547
Publié par Olivier Delort : 73