Écrire en tengwar

Du roman au réel

C’est en suivant le chemin de la calligraphie que je suis tombé sur l’écriture en tengwar inventée par Tolkien pour les langues dans le monde du seigneur des anneaux. Ce qui m’a plu de suite dans son alphabet était la correspondance entre la représentation des lettres et les sons auxquels ils sont associés (consonnes voisées, etc)

Dès sa conception, Tolkien avait envisagé que le même alphabet puisse être utilisé dans les différentes langues de son œuvre, et avait prévu que des variations puissent être apportées dans la prononciation en fonction de la langue en question. Quand on y réfléchit, c’est la même chose avec notre alphabet latin, et nous sommes tout à fait capables de changer notre lecture dès que nous voyons un mot écrit en anglais pour le lire correctement.

Ces modes des tengwar ouvrent la portes à l’écriture dans le monde réel, puisqu’il est possible de concevoir un mode de lecture qui serait adapté aux langues vivantes, et plusieurs personnes s’y sont collées, chacune avec leur propre interprétation.

Bien sur, l’informatique n’est pas en reste, et nous avons également de nombreuses polices d’écriture qui permettent également d’afficher les tengwar à l’écran. En combinant les deux j’ai donc essayé de créer une application (aF77TÉ jiR 1g%s.7E) qui, à partir d’un mot de la langue française, transcrit celui-ci dans l’alphabet tengwar. Cette application doit donc réaliser deux opérations:

  1. À partir de l’écriture d’un mot, déterminer sa prononciation
  2. À partir de sa prononciation, afficher les caractères dans la (une) police en tengwar selon le mode français.

Eh bien la partie 2 était en fait la plus simple:)

La complexité du réel

C’est bien connu, l’informatique ne se contente pas d’à peu près. Il a donc fallu me replonger dans quelque chose qui est tellement évident que nous le faisons sans y penser: comment faisons-nous pour lire les mots comme ils sont, et surtout comment faisons-nous pour lire un mot que nous ne connaissons pas ? Bienvenue dans le monde du français, où la prononciation du S se transforme selon les lettres qui l’entourent, où le N vient fusionner avec la voyelle qui le précède, et les U s’effacent derrière les G, Q

Il est illusoire de vouloir obtenir quelque chose de parfait. En fait, la prononciation correcte d’un mot nécessite de connaitre sa nature; par exemple aiment et vraiment ne different que deux lettres mais ont une prononciation complètement différente (et ne parlons pas de se fier ou être fier). Hors de tout contexte, il est donc impossible de viser juste (et cela pose question sur le processus cognitif que l’on met en place quand nous lisons un texte…)

Heureusement, on peut quand même obtenir des résultats satisfaisants. Sans entrer dans le détail, j’ai du en fait mettre trois opérations pour réaliser mon application:

  1. Une transformation des lettres vers les sons,
  2. Une transformation des sons en syllabes,
  3. Des traitements d’homogénisation sur les syllabes.

Pour la deuxième étape, la page de Wikipédia sur la structure syllabique du français a été la clef qui m’a permis d’organiser mon programme.

Retour aux lettres

Ceci fait, il ne reste plus qu’à définir une dernière transformation pour représenter chaque son dans un alphabet dédié. Le plus difficile étant fait, il est même possible d’en définir deux! Un qui servira à contrôler que l’application a correctement compris notre mot, et un second qui sera l’affichage en tengwar proprement dit. On pourrait également envisager d’autres alphabets, comme l’aurebesh:)

Vus : 72
Publié par Chimrod : 39