Terminal et puissance

What gives people feelings of power : Ce qui donne aux gens un sentiment de puissance.

Meilleur et supérieur

Il y a quelques années je me sentais meilleur que les autres simplement parce que j’utilisais le terminal. Un jour je m’étais trouvé con, les doigts légèrement au-dessus du clavier, je ne savais pas faire en ligne de commande ce que je voulais alors que ça aurait pu être résolu rapidement et facilement en quelques clics. J’étais bloqué intérieurement, je ne voulais pas m’abaisser à faire comme un simple utilisateur. J’utilisais le terminal pour me distinguer d’autrui.

Posséder ce que les autres n’ont pas ou avoir/faire mieux qu’eux permet de se démarquer, se sentir supérieur.

Étrangement j’avais besoin d’en parler, d’assumer mon erreur et le ridicule de cette situation. Je suppose que de manière inconsciente j’ai voulu ressembler et m’identifier à une élite technique, probablement une envie d’appartenance à un groupe, de reconnaissance. Maintenant j’assume bien plus/mieux mes différences et mes erreurs, je pense que ça vient avec l’âge et la confiance en soi.

Puissance et power user

J’effectue à présent une majorité d’actions en ligne de commande, je confirme efficacité, rapidité, précision (et personnalisation). Je me sens surpuissant grâce à Linux, au terminal et Bash.

Dans Humiliation, libération, volonté, puissance je disais :

Je n’ai jamais été aussi puissant qu’aujourd’hui, je suis maître de mon ordinateur, je ne suis plus esclave de mon système d’exploitation. Je réfléchis à mes besoins, l’écosystème Linux me permet d’y répondre quand Windows me limitait. Je ne suis pas libre, j’ai enlevé mes chaînes. Je ne me traîne plus avec un boulet au pied, je cours. J’apprends à être libre et responsable.

Quand je suis arrivé sur Linux, plus de chaînes, tout est ouvert et possible. Cependant la liberté implique de faire des choix, de comprendre ce qu’on fait, d’apprendre, c’est extrêmement coûteux. J’ai la chance d’être passionné, d’exercer un job de sysadmin Linux, j’ai bouffé de la connaissance. Je lance Firefox en ligne de commande, j’éteins et reboote mon pc avec des alias, je cherche et ouvre fichiers et dossiers avec des fonctions.

Le savoir est à portée de main sur Linux, on peut construire. La documentation est aussi proche que la commande man, le code est ouvert, les gens partagent, on peut suivre la correction des bugs, les issues, les releases dans les repos. Impossible sur Windows et macOS où nous sommes tributaires d’applications graphiques toutes différentes, limités au niveau configuration et modification du système.

Sur mon pc fixe, je suis en dual-boot Windows et Debian. Sur mon pc portable, chiffrement complet du disque et LVM. Grâce à Linux.

Je ne prône pas Linux pour tous, en tant que power user je témoigne de mon avancement, de ma satisfaction. Et finalement de ma puissance grâce à Linux.

Vus : 102
Publié par blog-libre : 119