Vers une forge décentralisée basée sur XMPP

Avec la récente annonce concernant le changement de propriétaire de la plus grosse forge centralisée connue, on a vu resurgir ici et là des questionnements sur la création d'un outil similaire mais décentralisé.

J'ai profité de l'occasion pour rappeler le travail effectué pour implémenter tickets et requêtes de fusion (« merge requests ») dans Salut à Toi (SàT), travail qui était passé relativement inaperçu quand j'ai écrit à ce sujet, il y a 6 mois.

Désormais je souhaite apporter quelques précisions sur le pourquoi de ces outils.

Tout d'abord pourquoi pas la grosse forge ? Après tout une importante partie des logiciels libres actuels l'utilise déjà !
D'une part parce que ce n'est pas libre, et nous nous sommes engagés dans notre contrat social à utiliser tant que possible des logiciels libres, y compris pour l'infrastructure. D'autre part parce que c'est centralisé, et là encore notre contrat social est clair à ce sujet, même si c'est moins essentiel pour l'infrastructure que pour SàT lui-même. Enfin parce que nous utilisons à l'heure actuelle Mercurial, et que la forge la plus connue est construite autour de Git.
Ne cachons pas toutefois que nous nous sommes déjà posés la question notamment en assemblée générale (cf. les comptes rendus), nous étions intéressés en particulier par la visibilité.

« C'est centralisé ? Mais « Git » est décentralisé ! » est une réflexion que l'on entend souvent et elle est vraie, Git (et Mercurial, et d'autres) est décentralisé. Mais une forge n'est pas le gestionnaire de version, c'est tous les outils autour : hébergement, tickets, gestion des modifications (merge/pull requests), commentaires, wikis, etc. Et ces outils là ne sont pas décentralisés à l'heure actuelle, et même s'ils sont souvent accessibles par des API spécifiques aux services, ils restent soumis aux lois de la centralisation, c'est-à-dire du service qui héberge (et des aléas techniques de ce service). Cela veut également dire que si le service ne veut pas d'un projet, il peut le refuser, l'effacer, le bloquer.

La centralisation, c'est aussi la facilité pour cataloguer et rechercher… pour les projets qui sont sur ce service. Rendant de facto toute tentative extérieure moins visible et donc augmentant ses difficultés. C'est une situation que nous connaissons bien avec Salut à Toi (nous sommes également absents des « réseaux sociaux » propriétaires et centralisés pour les mêmes raisons), et que nous jugeons inacceptable. Il va sans dire que se concentrer sur une plateforme ne fait qu'encourager et prolonger cet état de fait. Notons tout de même qu'il n'est pas question ici de dénigrer ceux qui ont fait des choix différents, ces réflexions étant liées à notre implication politique forte et les contraintes changent d'un cas à l'autre.

Pourquoi, alors, ne pas utiliser des projets libres existants, avancés et fonctionnels comme Gitlab ? D'une part parce que nous travaillons avec Mercurial et non Git, et d'autre part parce que nous serions là aussi dans la centralisation. Il y a une autre raison : c'est qu'il n'existe pas ou peu (Fossil peut être ?) de forges décentralisées, et nous avons déjà tout ce qu'il nous faut avec SàT et XMPP. Et puis il y a un certain plaisir à créer les outils qui nous manquent.

SàT se veut un écosystème complet, offrant la majeure partie si ce n'est tous les outils nécessaires pour s'organiser et communiquer. Mais il est aussi générique et réutilisable. C'est pourquoi le système de « merge requests » n'est pas lié à un outil particulier (Git ou Mercurial), il peut être utilisé avec d'autre logiciels, et n'est d'ailleurs par réservé au développement de code. C'est une autre brique qui sera utilisée là où ça sera utile.

Pour conclure, je rappelle que si vous voulez voir une alternative décentralisée, éthique et engagée pour construire nos logiciels, nous organiser et communiquer, on peut la rendre possible en coopérant et contribuant, que ce soit avec du code, de la conception graphique (design), des traductions de la documentation des tests, etc.
Nous avons récemment eu de l'aide pour l'empaquetage sur Arch (merci à jnanar et aux mainteneurs précédents), et il y a des efforts continus pour l'empaquetage sur Debian (merci à Robotux, Naha, Debacle et les autre empaqueteur XMPP sur Debian). Si vous pouvez participer, merci de regarder comment nous contacter sur le site officiel), ensemble on peut faire la différence.
Si vous manquez de temps, vous pouvez aussi nous soutenir sur Liberapay: https://liberapay.com/salut_a_toi. Merci d'avance !

Vus : 28569
Publié par Goffi : 87