Performance Python Web

J’ai terminé l’article précédent en évoquant le système de gestion des commentaires Stacosys et sa mise en place sur le blog propulsé par Hugo. Il est installé sur le même serveur que le blog mais il pourrait tout à fait être déporté car le blog statique interagit avec lui par du code JavaScript qui envoit des requêtes RESTful afin de :

  • récupérer le nombre de commentaires d’un article
  • récupérer les commentaires d’un article
  • soumettre un nouveau commentaire

Avant de migrer vers Hugo, les commentaires étaient visibles seulement à l’intérieur des articles. C’est à dire qu’une page de blog affiche un extrait de l’article, à raison de 10 articles par page, et une pagination (page précédente / page suivante) permet de naviguer. C’est seulement quand on lit un article particulier qu’en fin de page on a un bouton “voir les XX commentaires” qui affiche le nombre de commentaires de l’article. Donc en navigation, on n’a aucune requête vers Stacosys. C’était un choix technique pour ne pas le surcharger de requête. En réécrivant le thème, j’ai trouvé sympa d’ajouter l’affichage du nombre de commentaires de chaque article sur la page principale, ce qui se fait un peu de partout.

Cela ressemble à ceci :

Nombre de commentaires sur la page

La récupération du nombre de commentaires des 10 articles de la page est réalisée en JavaScript donc de manière asynchrone et on envoie 10 requêtes vers le serveur HTTP de Stacosys qui est celui du framework Python Flask. J’ai voulu tester un peu les limites du système pour avoir une idée de ce le blog est capable de supporter.

Le test consiste à effectuer le plus de requêtes possible pendant 1 minute avec une charge de 250 clients simultanés par seconde. Avec 10 articles par page, cela correspond à 25 lecteurs simultanés et particulièrement excités qui tapent frénétiquement sur la touche F5 pour rafraichir la page du navigateur donc beaucoup plus de lecteurs avec un comportement normal. Sur une base de 8 secondes de visite par page, cela correspond à 200 visiteurs simultanés. J’en suis loin, c’est mon nombre de visites par jour :-) mais cela donne un objectif de charge à tenir.

Quand la minute est écoulée on regarde combien de requêtes on a pu satisfaire et le temps de réponse moyen pour les satisfaire. La qualité du résultat dépend de ces deux variables. J’ai fixé arbitrairement 10 secondes comme temps de traitement acceptable. Les requêtes non honorées dans ce laps de temps sont marquées en erreurs. N’ayant pas 250 volontaires, j’ai utilisé une plate-forme de test non libre (oui je sais Richard…)

Comment lire le tableau des résultats :

  • La colonne workers indique le nombre de processus ou threads travaillant en parallèle pour traiter les requêtes.
  • Le temps de réponse est en millisecondes avec le temps minimum, le temps moyen et le temps maximum.
  • Les erreurs sont des timeout : la requête n’a pas pu être honorée en moins de 10 secondes.

J’ai d’abord fait un test dans l’état actuel avec Stacosys en HTTPS et le résultat est assez décevant. Pour le test, j’ai repassé Stacosys en HTTP et le résultat m’a étonné :

Serveur Workers Temps de réponse Requêtes Erreurs
Flask HTTP 1 95 > 2595 > 20000 7169 197
Flask HTTPS 1 104 > 4194 > 32000 4043 326

On constate un écroulement complet en HTTPS. Je sais qu’il y a un coût, mais la gestion SSL étant portée par le serveur HTTP en frontal, je n’aurais pas pensé à une telle baisse de performance.

Comme on récupère un nombre de commentaires par article, une information non critique, j’ai envisagé de demander cette information en HTTP. Ca n’aurait pas été glorieux mais la différence de performance est telle que je l’ai envisagé avec deux options qui ne peuvent pas fonctionner.

Option 1 : le blog reste en HTTPS et fait des appels CORS en HTTP à Stacosys. Ce n’est pas autorisé par les navigateurs car on n’a pas le droit de baisser la sécurité.

Option 2 : le blog revient en HTTP, après tout ce ne sont que des articles et il appelle Stacosys tantôt en HTTP, tantôt en HTTPS, en fonction de la criticité de l’information. On posterait les commentaires en HTTPS mais on fournirait le nombre de commentaires par article en HTTP. Et bien c’est impossible aussi car avec une configuration SSL un peu sérieuse, le paramètre HSTS est activé pour éviter les attaques du type man-in-the-middle et, dans mon cas, j’ai fixé la durée HSTS à 1 année. Donc si je désactive HTTPS, les navigateurs de mes lecteurs continueront à se connecter en HTTPS, à moins de purger leur paramétrage. N’ayant pas les numéros de téléphone de tout le monde, c’est foiré. C’est à garder en mémoire pour ceux qui envisageraient de passer à HTTPS avec Let’s Encrypt pour voir… Le retour en arrière n’est pas évident si HSTS est en place.

Donc il va falloir vivre avec HTTPS et essayer d’améliorer les performances !

Speedy

Il est vrai que le serveur HTTP de Flask est préconisé pour le développement et pas la production. On recommande d’utiliser Gunicorn ou Uswgi qui sont optimisés (avec des parties écrites en langage C ou C++), fournissent de la concurrence dans le traitement. J’ai testé Uswgi qui m’a donné beaucoup de fil à retordre par sa complexité de configuration. J’ai fait un test un peu meilleur mais avec une charge CPU beaucoup plus lourde. Il faut trouver un équilibre entre le gain de performances Web et l’impact sur la charge CPU du serveur en rajoutant des processus workers.

Ces deux serveurs Web sont probablement très bien et tout le monde semble les utiliser pour la mise en production d’application Python Web sérieuses mais pour mon besoin plus humble, ça me gêne de modifier l’application à cause du déploiement. Alors à force de chercher j’ai déniché une alternative qui s’appelle Sanic : un serveur HTTP en pur Python qui utilise les capacités de traitement asynchrones de Python 3.5 ce qui lui permet avec 1 worker, de doubler les performances de Flask. Remplacer Flask par Sanic dans une application Flask c’est galette : les développeurs de Sanic ont défini une API très proche, pensée pour que la migration se fasse rapidement.

Voici les résultats de Sanic avec différentes configurations de workers :

Serveur Workers Temps de réponse Requêtes Erreurs
Flask HTTPS 1 104 > 4194 > 32000 4043 326
Sanic HTTPS 1 85 > 2657 > 20023 8741 123
Sanic HTTPS 2 85 > 2087 > 23634 7048 198
Sanic HTTPS 4 86 > 1777 > 18936 8102 191

On constate que le nombre de requête traités grimpe et que le temps de réponse moyen s’améliore. Par contre, le nombre d’erreur augmente un peu. La performance HTTP progresse car le serveur est capable de gérer plus de requêtes mais le temps de traitement ne progresse pas et il faut toujours effectuer une requête dans la base de données pour renvoyer le nombre de commentaires. Pire, cette partie requête en base n’est pas asychrone donc on bloque un worker. Pour la 1ère page du blog qui est la plus consultée, ce sont les mêmes compteurs qui sont demandés par chaque visiteur. Il y a un réel intérêt à mettre en cache ces valeurs pour diminuer le temps de traitement. C’est ce que j’ai fait programmatiquement dans Stacosys avant de relancer un test de performance avec le cache activé.

Serveur Workers Temps de réponse Requêtes Erreurs
Flask HTTPS 1 104 > 4194 > 32000 4043 326
Sanic HTTPS 4 86 > 1777 > 18936 8102 191
Sanic HTTPS + cache 4 81 > 1152 > 12408 13558 210
Sanic HTTPS + cache 1 81 > 1367 > 18869 11589 171

On traite plus de requêtes en moins de temps, le gain est palpable. Le cache est pour beaucoup dans le gain et pour le dernier test je suis revenu à 1 worker seulement pour limiter la charge CPU du serveur. Le résultat est honorable avec plus de 11000 requêtes traitées et un taux d’erreur assez bas. C’est cette configuration que j’ai mis en place sur le blog.

Après avoir rédigé cet article, j’ai effectué un test basique (pas dans le contexte Stacosys) avec le serveur HTTP du langage Golang et le résultat m’a ramené à mes lectures du moment sur les architectures microservices, les couches protocolaires optimisées comme nanomsg et les langages compilés. Il n’est pas exclu que je réécrive mes outils différemment.

Vus : 131
Publié par Yannic Arnoux : 137