Migration du blog sous Hugo

J’ai remplacé le le moteur de blog statique Pélican par Hugo et à vrai dire, ce n’était pas prévu. Un peu cloué par le rhume pour le week-end, j’ai suivi la recommandation du médecin de rester tranquille. La cervelle fonctionnant encore un peu, j’ai consulté ma liste de projets pour l’année, vous savez cette liste mi-voeux / mi-résolutions qu’on établit en début d’année. En bonne place, j’avais noté “apprentissage ou perfectionnement dans un langage informatique”. Les années précédentes, j’ai fait un peu de Javascript, notamment un prototype de MVC avec MEAN, de la glue Web à droite à gauche mais j’ai toujours l’impression de partir de zéro avec ce langage. Pourtant Javascript est de plus en plus incontournable professionnellement, même pour un développeur plutôt teinté backend. Mais pour bien progresser il aurait fallu partir avec un objectif projet, pas des exemples.

Au lieu de ça, j’ai flâné sur Rust et Go, des langages bas niveau (rien de péjoratif). Cela fait un moment que je lorgne sur Go et franchement ce qui me retient c’est le fait que ce soit porté par Google. J’ai un peu en travers leur habitude de balancer les projets quand ils n’en ont plus besoin ou leurs ruptures sans compatibilité ascendante (hein Angular). Bref j’hésite à m’investir… Mais il faut reconnaître que Go est sorti en 2007, ils l’utilisent vraiment en interne (pas comme Angular) et ça me plairait de rajouter un langage plus bas niveau que Java ou Python avec des performances supérieures à mon catalogue. A force de traîner sur des sites qui parlent du langage Go je suis tombé sur Hugo, un moteur de blog statique. J’ai trouvé la documentation très bien écrite et c’est un point de plus en plus important pour moi. J’ai décidé de l’essayer… juste pour voir.

Je ne vais pas refaire pas la pub du blog statique. Démarré sur la plate-forme Blogger, j’ai successivement migré ce blog sous Wordpress, PluXml, puis Pélican et je ne reviendrai pas en arrière. D’un blog statique avec des articles écrit en Markdown il est aisé de migrer vers n’importe où et on maîtrise le code HTML généré (celui de Wordpress était particulièrement dégueulasse). En pratique ça m’a pris une heure pour écrire une moulinette qui a transformé mes articles au format de Hugo, c’est-à-dire qui a transformé les metadata de chaque article, le contenu restant au format Markdown.

Ce qui m’a pris du temps c’est le thème. J’ai testé quelques thèmes de contributeurs, beaucoup lu la documentation détaillant la création de son propre thème et je me suis lancé en transposant mon thème de Pélican (enfin les parties HTML CSS) en mieux : avec les parties spécifiques paramétrables, dans un esprit de réutilisation et de partage (oui c’est beau) même si ça n’arrivera probablement jamais car mon thème est.. moche mais beau pour moi, amélioré, raffiné au fil des ans, allégé avec Pure CSS. Si je devais changer un truc ce serait ajouter un peu couleur sur la bannière de haut de page, ça ferait moins de gris. Quand le thème a été achevé on aurait dit une copie du blog original mais qui se génère en 12 seconde au lieu de 5 secondes, la rapidité du langage Go compilé est réelle. J’ai retravaillé les catégories et utilise intelligemment les tags pour générer des flux RSS spécifiques notamment celui du Planet Libre. Le résultat est propre, exempt des années de bidouilles et de verrues que j’avais ajouté sur Pélican.

J’ai un peu tâtonné pour générer exactement les mêmes URL puis j’ai abandonné. J’ai préféré ajouter l’année dans l’URL d’un article, adieu mon référéncement Google et mes millions de lecteurs désorientés ;-) Pour limiter la casse, j’ai rajouté une règle au niveau du serveur HTTP pour rediriger les erreurs 404 vers la page d’accueil.

Dernière angoisse, est-ce que le langage Go allait être disponible sur OpenBSD ? La réponse est oui, et encore mieux, le projet Hugo fournit un binaire pour OpenBSD. La mise en place sur l’hébergement a été galette. Quant au système de gestion des commentaires il est à nouveau opérationnel (c’est l’avantage de maîtriser sa stack de logiciels) mais ça m’a donné un peu de fil à retordre… Cela fera le sujet d’un prochain article.

Vus : 253
Publié par Yannic Arnoux : 137