Un lecteur audio avec Kodi et Raspberry

Mon raspberry pi, premier du nom, commençait à prendre la poussière sur une étagère quand je suis tombé sur une discussion bien intéressante sur Diaspora* pour en faire un lecteur de musique, j’avais tout ce qu’il faut, juste à tout réunir.

DSCF2479.png
Elle était belle l’époque où on se faisait soi-même son boîtier, ici découpé dans une pochette photos

J’ai acheté mon pi il y a 3 ans, initialement pour en faire un lecteur vidéo pour mon rétro-projecteur. La reconnaissance de DVD n’étant pas toujours au top, je l’ai finalement remplacé par un lecteur DVD portable dont l’écran n’a pas aimé la chute qu’il a subit. J’ai ensuite utilisé le raspberry pour me faire la main sur l’auto-hébergement. Comme il a été remplacé par quelque chose d’un peu plus puissant et robuste, il attendait une autre utilisation.

D’un autre côté, j’ai une bibliothèque musicale numérisée de plusieurs dizaines de Go qui ne faisait pas grand chose. J’avais déjà expliqué dans un précédent billet que je n’achète que de la musique sous forme de CD (so nineties !), cependant, je les encode dans mon PC pour pouvoir éventuellement les écouter sur un lecteur numérique et aussi pour en faire une sauvegarde (je me suis déjà fait piquer une pochette avec mes disques préférés du moment, pas cool). J’ai aussi quelques albums de musiques libres ou de CD empruntés en médiathèque. Cependant, je n’écoute quasiment jamais de musique en étant sur l’ordi parce que ça me perturbe quand je travaille ou au mieux, je ne l’entends pas. Par contre, le fait de pouvoir écouter tout ça sur ma chaîne (notamment en aléatoire) lorsque l’on est en train de cuisiner ou de manger me semblait bien intéressant.

Je sais qu’il existe des projets audio spécifiques et parfois très poussés sur Raspberry, soit en tant que serveur (pour écouter sa musique sur n’importe quel appareil), soit en tant que lecteur sur une chaîne ou un ampli. Mon but n’était pas de me plonger dans une configuration compliquée et même sans ça, il m’a fallu une dizaine de jours pour tout paramétrer comme je le souhaitais.

Sur le pi, j’avais déjà Kodi. J’avais un temps utilisé OpenElec (devenu LibreElec) qui n’est fait que pour ça mais je préfère avoir un OS qui peut faire plusieurs choses et donc une Raspbian qui fait ça aussi bien (voici un bon tuto pour faire ça de zéro). Ma bibliothèque musicale est sur mon PC principal qui contient tous les fichiers qui doivent être régulièrement sauvegardés. Il me fallait donc en rendre au moins une partie disponible sur un espace suffisamment grand et disponible même lorsque le PC est éteint. Mon serveur qui contient déjà un répertoire en partage NFS afin d’être accessible depuis les différentes machines était tout désigné. Restait ensuite à brancher le raspberry sur le réseau, de lui donner l’accès à ce répertoire, de faire un peu de ménage sur toute la partie serveur qui ne servait plus (Apache, TT-RSS, MariaDB, etc.), de le brancher sur la chaîne et sur le courant.

Lorsque j’ai réfléchi à tout ça, je me suis dis que j’aurais aussi bien pu faire ça directement depuis le serveur déjà en place (et concrètement, je n’avais besoin que d’installer Kodi et tirer un fil audio jusque la chaîne) pourtant je n’ai résolument pas fait ce choix. Il aurait très bien pu tenir la charge supplémentaire mais en plus d’utiliser le raspberry qui ne servait plus, je voulais pouvoir l’éteindre (j’ai ajouté un interrupteur sur le branchement de l’alimentation) lorsqu’il ne servait pas et surtout éviter de donner une porte d’entrée (failles potentielles) sur le serveur qui fait tourner des services dont j’ai besoin au quotidien.

Une fois tout cela installé, il me restait à trouver les moyens de commander tout ça sans écran et sans clavier. J’avais déjà testé le téléphone comme télécommande sur Kodi sans en explorer toutes les possibilités. Sur Android, Kodi Remote (Kore de son petit nom) est un must have que j’ai adopté sur la tablette du gamin. J’en étais presque à me tâter de passer à LineageOS sur mon Open C et quitter Firefox OS, mais il semble que c’est quand même un peu lourd pour la bête.

C’était sans compter sur l’appli équivalente FoxMote que j’ai eu un peu de mal à paramétrer (il faut autoriser le contrôle à distance par des programmes sur d’autres systèmes en plus du contrôle à distance par des programmes sur ce système). Il faut aussi penser à faire une mise à jour de la bibliothèque à chaque démarrage une fois indiquée la source des fichiers musique. En plus des divers appareils mobiles, un accès par interface web est aussi possible pour piloter ça depuis le PC (192.168.0.X:8080, une fois autorisé l’accès par http dans l’onglet serveur web de Kodi/Système/Services).

Pour le bon fonctionnement de ces diverses télécommandes, il faut aussi assigner une adresse IP locale qui sera toujours la même en paramétrant les baux DHCP permanents de son fournisseur d’accès internet sinon à chaque démarrage il prendra une IP différente (j’avais déjà expliqué ça pour l’installation de tt-rss sur un raspberry).

Bref, une expérience bien intéressante qui utilise tout le matériel et les expérimentations faites précédemment, il n’y avait plus qu’à réunir tout ça. En avant la musique !

Vus : 404
Publié par alterlibriste : 135